Un lycée ouvert sur l’international

Comme chaque année, le lycée Saint-Pierre a la chance d’accueillir de jeunes étudiants d’origines étrangères, parmi lesquels nous retrouvons Taiki Miyauchi et Ximena Morales, tous deux élèves en classe de 1°LS1 et venant respectivement du Japon et du Mexique.

            Pendant une année, ils sont scolarisés dans notre établissement et suivent le même rythme que les autres lycéens. Ils ont gentiment accepté de répondre à quelques questions concernant leur arrivée et leurs expériences personnelles..

 

Quelles ont été vos premières impressions lors de votre arrivée ?

Ximena : J’ai tout de suite trouvé les paysages très beaux, et la cuisine délicieuse ! J’ai pensé que mon séjour ici allait être très enrichissant et surtout marquant, ce qui est pour l’instant le cas !

Taiki : Abbeville est une très belle ville et je me suis senti heureux d’être ici, et de découvrir un nouveau pays mais également de nouvelles coutumes et traditions, très différentes de mon pays d’origine.

 

Comment avez-vous été accueillis ?

Xi : Très bien ! Ma famille d’accueil m’a accueillie dans les meilleures conditions, et les personnes de l’établissement sont tout de suite venues vers moi, pour m’aider. Je ne les remercierai jamais assez..

T : C’est à peu près la même chose pour moi. En prime, ma famille d’accueil a organisé une fête pour m’accueillir, j’ai adoré !

 

Quelles indications vous ont été données par vos professeurs dans votre établissement ?

Xi : Ils m’ont aidée à me repérer dans les locaux et aussi à trouver facilement les classes..

T : Ils nous ont aussi expliqué certains points du règlement, comme le fait que l’utilisation des téléphones portables dans l’enceinte du lycée est interdite, et qu’il est également interdit de fumer ou de manger à l’intérieur..

Quelles aides vous ont-ils apportées?

Xi : Ils nous ont énormément aidés. Ils ont eu énormément de patience avec moi et ont facilité mon intégration et mon progrès. Ils m’ont donné les outils nécessaires, m’ont encouragée et surtout me poussent à continuer à m’améliorer !

T : Ce que j’apprécie beaucoup c’est le fait de pouvoir les contacter à tout moment en cas de problèmes..Ils sont très ouverts et ont aussi tout fait pour que je communique avec eux. Par exemple, au début, ils me parlaient en Anglais car je ne parlais quasiment pas le français..J’ai donc moi aussi fourni des efforts, afin de les remercier.

 

Avez-vous l’impression d’avoir progressé?

Xi : Oui, énormément ! Je suis fière de ces progrès car je n’aurais jamais cru en faire autant !

T : Un tout petit peu…J’ai encore du mal avec la langue, que je trouve compliquée..Mais je fais beaucoup d’efforts pour me familiariser avec.

 

Bénéficiez-vous d’aménagements (tiers temps, dictionnaire,..) ?

Xi : Non, mais les professeurs sont plus flexibles sur la notation de mes examens..

T : Pendant les cours, j’ai avec moi un livre japonais qui me permet d’apprendre à parler français et également un petit carnet qui équivaut à un dictionnaire. Je l’utilise souvent, pour essayer de déchiffrer ce qu’il y a d’écrit sur les polycopiés..

 

Êtes-vous soumis au même régime que les autres lycéens en passant les examens dans les mêmes conditions ?

Xi : Oui, mais au début de l’année scolaire, je ne faisais pas les DS écrits, sauf ceux de LV1 et LV2.

T : Personnellement, ayant beaucoup de difficultés avec la langue, je suis dispensé d’examens..Cependant, j’effectue mes travaux en Anglais par exemple, et en EPS.

Comment vous sentez-vous maintenant ?

Xi : Je suis très heureuse de ma progression au niveau linguistique. Je reconnais avoir de temps en temps le mal du pays, cependant, je suis déjà triste à l’idée de quitter la France et ses merveilles dans quelques mois..Je remercie les personnes du lycée, celles que j’ai rencontrées. C’est une expérience inoubliable !

T : Je suis heureux, beaucoup plus qu’à mon arrivée ! J’ai rencontré de belles personnes et surtout des endroits magnifiques et de la nourriture délicieuse !! Mais, mon pays me manque quand même..Je suis parfois triste de ne pas pouvoir mangé des plats typiques de chez moi…

 

Que diriez-vous à propos de votre intégration ?

Xi et T : Les élèves sont très accueillants et nous sommes reconnaissants envers nos familles respectives. Nous n’avons en aucun cas été mis à l’écart..Tout le monde ici a facilité notre intégration, et nous pensions pas que cela aurait été si naturel.

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui veulent partir ?

Xi : D’avoir toujours une mentalité ouverte : il faut être prêt à s’adapter et à profiter au maximum chaque jour. Au début cela semble difficile mais le lycée facilite tout et nous aide beaucoup.

T : D’effectuer beaucoup de recherches avant de partir, sur les lieux où nous allons loger, aller à l’école et autres..Tout cela afin de ne pas arriver comme un « touriste » et être perdu…En plus, cela nous permet de programmer des choses en avance.

 

Pourriez-vous décrire en quelques mots votre établissement ?

Xi : Je n’étais pas habituée à être dans une petite ville mais j’ai appris à l’aimer ! J’ai vraiment de la chance d’être au lycée Saint-Pierre qui m’a accueillie les bras ouverts. J’ai d’excellents professeurs qui attendent le meilleur de leurs étudiants.

T : Le lycée est très accueillant et très professionnel. L’ambiance qui y règne est géniale, j’aime beaucoup mes camarades ainsi que mes professeurs.

 

Pour finir, pouvez-vous nous donner quelques informations sur le coût de la vie sur place ?

Xi : Contrairement au Mexique, ici c’est beaucoup plus cher, quelquefois le double. D’habitude au Mexique, je me fais un repas pour très peu d’argent, ce qui n’est pas le cas ici..Par contre, il y a beaucoup de moyens de transports ce qui est formidable pour voyager ou sortir.

T : Je ne paye aucun frais de nourriture, de transport ou hébergement lorsque je suis en compagnie de ma famille d’accueil. Par contre, je tiens à payer ces frais lorsque je suis seul ou que je voyage et non pas les déléguer aux personnes qui me prennent en charge. Je trouve cela normal..

 

Un grand merci à vous pour votre patience et votre dévouement !

Propos recueillis par Alexis LEVOIR,  Elin KAVAK, Valentine CREPELLE et Corentin HUSTACHE (1°S)

L’AS Tennis en Forme

L’AS Tennis en Forme

Au collège Notre Dame de France et au lycée St Pierre

 

 

Cette année, 4 équipes sont engagées dans les différents championnats de sports de raquette :

  • Equipe collège tennis établissement
  • Equipe tennis évolutif
  • Equipe lycée tennis établissement
  • Equipe collège et lycée en Padel

 

Résultats :

  • Médaillés de bronze au championnat académique de Tennis Evolutif

 

  • L’équipe établissement du collège (élèves classés NC à 30/1 maximum) finit 2ème de sa poule en Championnat Académique

 

  • L’équipe établissement du lycée (élèves classés NC à 30/1 maximum) finit 1er de poule et est donc Championne de l’académie. Elle attend de pied ferme la rencontre inter-académique, qualificative pour les Championnats de France qui auront lieu cette année à Aix en Provence

 

  • Les équipes collège et Lycée ont participé pour la 1ère année au Championnat de Padel

 

Les collégiens terminent 2ème et les lycéens 1ers

 

Toutes ces rencontres ne peuvent se jouer qu’en présence de jeunes officiels et de jeunes coachs. Merci à Paul, Antoine, Gabriel, Etienne, Eliot, Enzo et Maxime qui ont brillé dans ces rôles.

A suivre…..

Hélène CASIMIR

Exposition Abbeville Autrefois

Le lycée Saint Pierre accueille dans son hall d’entrée, une belle exposition de cartes postales d’Abbeville autrefois, qui retracent la vie de ses rues, de ses commerces et de ses marchés. Ces tirages sont prêtés par le très dynamique Club cartophile d’Abbeville. Cette exposition de tirages fait revivre une ville oubliée, effacée, que nos élèves redécouvrent avec émerveillement.

Au Moyen Age, Abbeville est une ville commerçante de grande importance et compte de nombreux marchés et un port très fréquenté. Le nom des rues des Tanneurs, de la Haranguerie, de la Boucherie, du Marché aux Herbes, du Guindal… témoigne de ce dynamisme économique. Commerces de bouche, boutiques de confection, bonneteries, horlogeries, magasins de décoration, carrossiers étalent fièrement leur devanture soignée. Et l’on est fier d’exposer la marchandise et le personnel !
Un grand merci au Club cartophile d’Abbeville et en particulier, à sa présidente, Mme Carville, pour ce prêt de tirages qui nous   permet de découvrir ce qu’était Abbeville, avant les bombardements de mai 1940.

La ville vue en logos par les collégiens

 

Dans le cadre de notre nouvelle résidence d’artiste  Matthieu Husser a proposé aux élèves de 5e de poser un regard curieux sur leur ville, qui ont réalisé une carte composée de logos.

Madame Bourdeau notre professeur d’arts plastiques et l’artiste Matthieu Husser sont ravis du travail réalisé par les élèves

Comment les jeunes voient leur ville ? Quels sont leurs centres d’intérêt à Abbeville ? Des questions qui ont eu une réponse artistique dans le cadre du projet « Dis moi ma ville » mené au collège Notre-Dame de France.

Un projet financé par le PAC 80 (parcours artistique des Hauts-de-France) qui a permis aux élèves de l’établissement de poser un regard curieux et artistique sur leur ville et qui donne lieu à une carte fort intéressante.

Le Rex de Toy Story pour le Rex Centre Culturel

Cheville ouvrière de ce projet, madame Bourdeau, a œuvré avec l’artiste Matthieu Husser qui a travaillé avec cent élèves de 5e pour mener à bien cet intéressant projet. « Nous avons demandé aux élèves ce qui faisait monument pour eux à Abbeville, ce qu’il leur semblait important » indiquent madame Bourdeau et Matthieu Husser.

Et pour mieux se rendre compte des centres d’intérêt, les collégiens se sont rendus sur le terrain avec leur enseignante et l’artiste. Durant quatre matinées, les collégiens ont ainsi effectué diverses propositions. Le but étant de représenter chacun des centres d’intérêt par un logo créé de toutes pièces. Des logos qui ont été placés sur une grande carte de 3 mètres sur deux.

Et à la lecture de cette carte, on découvre des sites aussi originaux qu’inattendus. Sur le boulevard de la République par exemple, les collégiens ont représenté un cône de chantier pour évoquer les travaux ou encore un compteur de voiture dans le rouge pour dénoncer la vitesse excessive de certains automobilistes.

On s’aperçoit également que les 5e ont été marqués par la maison qui a brûlé à deux pas de leur collège, que l’église représente le mariage et qu’ils sont sensibles à la présence d’un kebab et du camion à frites. Le parc de la Bouvaque a aussi retenu leur attention avec une sirène dessinée aux sources bleues. Et comme l’artistique doit prédominer avec une belle liberté d’expression, le gentil dinosaure Rex de Toy Story a fait son apparition au niveau du Rex Centre Culturel.

Des élèves qui n’ont pas manqué de créativité en créant un logo où le H du mot Hôtel s’est mué en lit. Et pour pouvoir lire cette carte, une légende a été créée. « Les élèves ont bien travaillé car cette carte est très intéressante surtout pour des personnes comme moi qui ne connaissaient pas Abbeville avant » assure l’artiste.

Le H de Hôtel transformé en lit

Madame Bourdeau est  fière du travail mené par ses élèves : « cette carte subjective permet de voir de manière concrète le regard des élèves sur leur ville, avec un code très différent des adultes. Une œuvre in situ qui sera présentée aux élus de la ville ».

L’artiste a également proposé des conférences à l »ensemble du collège et du lycée professionnel, soit 500 élèves. Tous ont ainsi pu être sensibilisés à l’art contemporain et au patrimoine industriel sur lequel Matthieu Husser travaille pour réaliser ses œuvres éphémères.

 

Un soir à l’opéra

Vendredi 1er mars 2019, 42 élèves du lycée ont eu la chance d’assister au ballet Le Lac des Cygnes, dansé par les étoiles et le corps de ballet de l’Opéra National de Paris à l’Opéra Bastille. La musique de Tchaïkovski était interprétée par l’Orchestre de l’Opéra National de Paris.

Les places réservées au milieu des 2745 que contient la salle de spectacle surplombent la scène et permettent de voir les merveilleuses évolutions des ballerines. Les danseuses parfois au nombre de 32 prennent entièrement possession de la scène et on ne sait plus si on a affaire à des femmes ou à des cygnes qui voguent à la surface du lac tant la magie opère. La grâce des mouvements des bras, des ports de tête, la beauté emplumée des tutus, les notes aériennes de la harpe, métamorphosent les ballerines en autant d’oiseaux prêts à s’envoler.

Le Lac des Cygnes met en scène les amours impossibles du Prince Siegfried épris d’une femme cygne Odette, qui n’obéit pas aux lois humaines. Odette est inaccessible et représente l’amour sublimé que ne pourra jamais connaître Siegfried.

Ce ballet comporte 4 actes :

Acte I

Fête au palais pour les vingt ans du prince Siegfried. La Reine, sa mère, veut le marier.

Acte II

Au bord d’un lac mystérieux, Siegfried rencontre la princesse Odette, métamorphosée en cygne.

Il lui jure un amour éternel pour la délivrer du sortilège dont elle est victime.

Acte III

Parmi les jeunes filles que la Reine présente à son fils, se glisse Odile, à qui son père – a donné l’apparence d’Odette. C’est elle que Siegfried, abusé par la supercherie, demande en mariage. Le prince vient de se parjurer, et perd à jamais celle qu’il aime.

Acte IV

Odette pardonne à Siegfried sa “trahison”, mais le rêve est brisé. Et les amoureux à jamais séparés.

La technique des étoiles est si parfaite qu’on a l’impression de voir les mouvements, en particulier les sauts des danseurs, au ralenti, tellement l’exécution est maîtrisée. La grâce des ballerines nous fait regretter de ne pas appartenir à ce monde des cygnes, si aérien, si gracile…. Quand le rideau se baisse, que la réalité du monde semble lourde et grossière ! Que nous pieds profondément rivés au sol pèsent lourds !

Un moment enchanteur où se mêlent les danses à la cour, la féerie des oiseaux, les pas de deux et les solos éblouissants, qu’on ne se lasse pas d’admirer !